Une BMW R12 en terre de feu

Une BMW R12 en terre de feu

Eric Dumas
Éric Dumas

Éric Dumas et Alain Mouradian ont présenté leur projet de voyage en Amérique du Sud à Thiers (Puy de Dôme) le Samedi 13 Janvier 2007.
Vous pouvez encore soutenir leur voyage qui est doublé d’une action humanitaire (construction d’une boulangerie au Pérou) en prenant une carte de membre au prix très modique de 5 € !
Départ prévu Fin Septembre, début Octobre 2007
Plus d’infos sur l’ excellent site de l’amicale R12

Le Cap Horn en R12 !

L’Inde ou le Népal ne lui suffisaient plus. Après avoir rallié Katmandou et la Russie au guidon d’une vénérable Béhème R12, Éric Dumas remettra ça en 2007. Dans le sillage de son side, il entraînera trois complices aux confins de l’Amérique du Sud.

Passionné de voyages, j’ai toujours été fasciné par le Cap Horn. Pour moi, c’est un symbole. Trente ans après avoir commencé à voyager en vieille Béhème, avec ce voyage-là, pour moi, la boucle sera bouclée « , explique Éric Dumas. et ce voyage-là mon vieux, il est terrible. Dix-huit mille kilomètres de pistes à travers le continent sud-américain, de Buenos Aires, au Cap Horn, via Ushuaia la plus australe. Séquence Émotion. Puis ce sera la montée le long de la Cordillères des Andes, à des altitudes extrêmes (3700m) pour l’équipage et le bon vieux flat latéral. A hauteur de Santiago du Chili, l’attelage bifurquera sur la côte Pacifique pour remonter à travers la Bolivie et le Pérou. L’occasion pour nos aventuriers de visiter les sites incas du Machu Picchu, et le lac Titicaca et la ville de Cuzco.

Séquence Admiration.

Terminus à Limas, la capitale péruvienne, pour Éric Dumas et son coéquipier Alain Mouradian, un kiné passionné de moto et rencontré par Éric en marge de son dernier périple. C’était en 2003, une petite virée de trois mois et 18000 Kms via l’Arzerbaidjian, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan et la Russie. De quoi s’autoriser en effet quelques soins « kinésithérapiques ». Déjà, en 1996, Éric Dumas s’était mis en appétit en ralliant le Pakistan (21 000 Kms) au guidon d’attelage R75 cette fois. Autant dire que le voyage moto au long cours, il connaît. Sa BMW R12 de 1939 (un 750 latéral, faut-il le rappeler ), Éric l’a acquise à l’âge de 20 ans, c’était en 1977.

Du rab pour la béhème !

Car la rusticité de l’attelage ne sera pas seulement éprouvée entre l’Argentine et le Pérou, c’est toute la particularité de cette aventure. Une fois arrivée à Lima, la première équipe composée de Éric Dumas et Alain Mouradian laissera le guidon à deux autres compères, Bruno Bohrer et Claude Leiner, deux motards de la Police Nationale, passionnés d’anciennes et membres du CMPN (Club Motocycliste de la Police Nationale ). A charge pour eux de ramener l’attelage à bon port celui de Buenos Aires, le point de départ, par un long chemin de traverse (4 000 à 5 000 Km) entre le Pérou, la Bolivie, le Paraguay et l’Argentine, d’où le side-car s’offrira une sympathique croisière retour jusqu’à la vieille Europe. « La Fédération des Clubs Motocyclistes de la police Nationale est partie prenante et nous serons en charge du transport de la moto « , explique le sympathique Marseillais Bruno Bohrer pour qui transport des marchandises, carnet de passage en douanes, intendance et autres vicissitudes administratives n’ont plus de secret. Déjà associé aux deux précédentes aventures en R12 d’Éric Dumas, il possède lui aussi, avec Claude Leiner, une grande expérience des voyages longues distances en moto. Les deux viennent d’ailleurs d’effectuer un voyage en Tunisie, « Sur les traces d’Arthur Rimbaud » , au guidon de vieux sides BMW (un R75 et une série 2).

C’est en octobre 2007 que la première équipe rejoindra l’Argentine où l’attendra le side-car R12 parti par bateau quelques semaines plus tôt. Évidemment, si ce voyage en Terre de Feu nécessite une solide préparation physique et mécanique, il induit aussi, entre la préparation de la moto, le transport des passagers, des machines, les carnets de passage en douane et les dépenses alimentaires et de carburant, un montage financier sérieux et précis. En tout, ce sont 8 000 Euros que quatre Béhèmistes doivent réunir d’ici là. Avant d’enfiler les Pataugas et de manier la clé anglaise, nos aventuriers vont donc d’abord utiliser leur attaché-case à la recherche de sponsors, mais aussi du soutien moral (sous forme de parrainage ou de patronages) d’associations, de fédérations)
A bon entendeur …
Article La Vie de la Moto
N° 412 22 décembre 2005

Est fièrement propulsé le Mitch

Eric Dumas